Les mycorhizes

Les mycorhizes sont des symbioses bénéfiques qui s’instaurent entre les racines de plantes et certains champignons du sol. Elles concernent plus de 95% des plantes terrestres dont la plupart sont des plantes agricoles et horticoles. Développées par les plantes depuis plusieurs millions d’années, les associations mycorhiziennes donnent un meilleur accès aux éléments nutritifs du sol et aide les plantes à mieux résister aux stress environnementaux (sécheresse, salinité, attaque par des agents pathogènes...) de façon naturelle.

Les mycorhizes à arbuscules (MA)

Il existe plusieurs types de mycorhizes et le plus répandu est celui des mycorhizes à arbuscules (MA). Cette symbiose est rencontrée chez près de 80% des plantes dont la majorité des plantes de cultures (arbres fruitiers et d'ornement, céréales, plantes ornementales et maraichères, plantes aromatiques). Les MA sont ainsi nommées du fait du développement du champignon symbiotique sous forme de petits buissons (arbuscules) à l'intérieur des cellules.

En formant ce nouvel organe, la plante modifie considérablement ses relations avec le sol et augmente prodigieusement (grâce aux hyphes extra radiculaires du champignon) sa surface d’exploration : on estime que le volume de sol exploité par la plante est multiplié par 1000 grâce aux mycorhizes. Ce phénomène permet à la plante d'absorber de façon optimale les nutriments du sol (principalement azote, phosphore et oligoéléments) et de l’eau. Ce qui permet d’améliorer la qualité et le rendement des cultures.

Les mycorhizes jouent aussi un rôle de bio-protection contre des agents pathogènes du sol (nématodes, autres champignons/bactéries pathogènes) en renforçant notamment les défenses naturelles des plantes.

De plus, la formation des mycorhizes est connue pour stabiliser les sols et augmenter la fixation de CO2 dans le sol.

Certaines souches fongiques sont particulièrement bien adaptées pour la décontamination des sols et leur revégétalisation.

En retour, le champignon bénéficie de la photosynthèse : la plante fournit au champignon jusqu’à 20% des sucres qu’elle produit. Ces sucres sont essentiels au développement et à la survie du champignon.

 

Echange Sucres/Nutriments

Schéma représentant les échanges champignons-plantes

 

L’exploitation des mycorhizes est une technologie biologique permettant de doter les plantes d’un système racinaire plus performant et d'augmenter leurs défenses naturelles : de ce fait, les mycorhizes sont des bio-fertilisants, des bio-protecteurs et des bio-régulateurs du développement des plantes.

Les techniques agricoles utilisées depuis ces dernières décennies (utilisation de grandes quantité d'engrais et de pesticides, tassement des sols...) ont provoqué une raréfaction, voire une absence des champignons mycorhizogènes de la plupart des substrats de culture utilisés en horticulture et des sols soumis à des traitements intenses en intrants chimiques. La ré-introduction de ces champignons va permettre d’améliorer la croissance des plantes par des moyens biologiques, tout en réduisant considérablement l’apport d’engrais chimiques de synthèse et de pesticides. L'exploitation de ces nouveaux outils biologiques ouvre des perspectives d'innovation et d'amélioration des systèmes de culture conduisant à minimiser les risques de pollution de l’environnement (sol, eau et air) et de contamination des aliments.

Les mycorhizes sont des acteurs clés des services écosystémiques pour une agriculture éco-compatible.